Je cherchai des enfants vraiment nécessiteux pour notre foyer, quand alors un pasteur me parla d’orphelins sur l’île de Sumba, à une heure d’avion au sud de Bali. Je pris l’avion, puis conduisis pendant une heure encore pour finalement trouver un endroit où passer la nuit. Le lendemain matin, j’entrepris un long voyage en voiture sur une route en mauvais état pour atteindre le village et rejoindre le chef avec qui j’avais rendez-vous. En arrivant là-bas, je sus que quelque chose n’allait pas. Les hommes portaient des sabres et parlaient avec beaucoup d’agitation dans leur patois. La femme du chef me dit alors que son village était en conflit avec un autre village et que je devrais partir immédiatement et revenir plus tard. Sur le chemin du retour, femmes, enfants, et vieux passaient devant ma voiture en courant, sabre à la main, fuyant pour sauver leur vie. Je priai Dieu pour lui demander pitié et sécurité. Je fus capable de revenir cette nuit-là au village et de rencontrer le chef et sa femme. Le chef était si reconnaissant que je fusse venue. Il me dit que beaucoup de personnes avaient abandonné leurs enfants en les laissant avec lui, avoir l’espoir que celui-ci s’en occupe. Le sort des enfants que je rencontrai ce jour-là, me toucha profondément . Je m’arrangeai pour que certains de ces enfants viennent à Bali en bateau pour vivre dans notre foyer. A mon retour à Bali de mon voyage à Sumba, un ami me raconta que Sumba était une île très primitive et quelques fois même dangereuse et pensa que ce fut un miracle d’être revenue saine et sauve. Je suis convaincue que nous avons sauvé ces enfants, non seulement de la pauvreté mais aussi de la mort. Nos enfants sont arrivés de Sumba en avril 2009.